Aéroport de Genève : trafic aérien attendue à l’horizon 2030, estimée à 236 000 mouvements annuels pour 25 millions de passagers

29 novembre 2017

Aéroport de Genève : plan sectoriel de l’infrastructure aéronautique (PSIA) soumis à enquête publique

L’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC) a lancé la procédure de mise à l’enquête publique concernant la fiche du Plan sectoriel de l’infrastructure aéronautique (PSIA) relative à l’aéroport de Genève. La fiche fixe le cadre de l’exploitation et des infrastructures de l’aéroport jusqu’à l’horizon 2030. Elle a été élaborée en étroite collaboration par la Confédération, le canton de Genève et l’aéroport de Genève. La mise à l’enquête publique de la fiche vise à donner la parole aux autorités et à la population.

La Haute-Savoie est impactée par l'évolution du trafic aérien de l'aéroport de Genève. La zone touchée s'étend sur les axes Annemasse-Evian et Annemasse-Eloise.

Le plan sectoriel de l’infrastructure aéronautique (PSIA) est, pour ce qui touche à l’aménagement du territoire, l’instrument de planification de la Confédération pour l’aviation civile. En cela, il fixe les orientations stratégiques et confirme notamment l’importance nationale de l’aéroport de Genève dans le système global des transports et pour la desserte internationale de la Suisse. Plus concrètement, la fiche PSIA définit de manière contraignante les conditions générales de l’exploitation, le périmètre de l’aéroport, l’équipement, l’exposition au bruit, l’aire de limitation des obstacles à la navigation aérienne ou la protection de la nature et du paysage notamment.

Afin de pouvoir répondre à la demande en trafic aérien attendue à l’horizon 2030, estimée à 236 000 mouvements annuels pour 25 millions de passagers, la fiche PSIA établit que les infrastructures aéronautiques se trouvant dans le périmètre actuel de l’aéroport devront être optimisées.

Sur la base du développement maximal admis du trafic aérien, le document définit aussi l’impact en termes d’exposition au bruit. Le calcul de l'exposition au bruit prend en compte de multiples facteurs et résulte en une représentation graphique sous forme de courbe. Dans le cas de la fiche PSIA pour l'aéroport de Genève il a été décidé d'adopter une solution novatrice qui prévoit de fixer deux courbes de nature différente. Une courbe à moyen terme, contraignante pour les autorités et l’exploitant, correspond au développement maximal autorisé de l’aéroport. Une deuxième courbe, plus petite, représente un objectif de réduction de l'exposition au bruit à l'horizon 2030.

Cette diminution est rendue possible grâce notamment au renouvellement pronostiqué de la flotte et à plusieurs mesures que l'aéroport mettra en place. Compte tenu de l’augmentation du nombre de passagers prévue sur le long terme, la Confédération, le canton de Genève et l’exploitant agiront de manière coordonnée et oeuvreront chacun dans leur domaine de compétences afin de garantir à la population une accessibilité à l’aéroport qui soit fiable, sûre, confortable et en capacités suffisantes. Les heures d’ouverture et les trajectoires de vol restent inchangées.

Commentaires (0)

Connectez-vous pour commenter cet article