Alcoolisation fœtale : les premières estimations en France

04 septembre 2018

Malgré l’impact sanitaire et social de ces troubles, aucune estimation nationale ni de comparaisons régionales récentes n’étaient à ce jour disponibles. L’étude1 menée par Santé publique France a permis pour la première fois de mesurer la fréquence des cas de SAF et d’autres conséquences de l’alcoolisation fœtale dans les séjours hospitaliers des enfants durant leur premier mois de vie au niveau national et régional.

Ainsi, en France, entre 2006 et 2013, 3 207 nouveau-nés (soit une naissance par jour) ont présenté au moins une conséquence liée à l’alcoolisation fœtale dont pour 452 d’entre eux (soit une naissance par semaine) un syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF).

Ces chiffres sont sous-estimés compte tenu de la difficulté à diagnostiquer ces troubles en période néonatale et n’incluent pas les diagnostics posés ultérieurement. Cependant, ils permettent de mieux caractériser le fardeau que représente l’alcoolisation fœtale.

Grossesse et alcool : la consommation occasionnelle encore trop fréquente Selon les données du Baromètre santé 20172 publiées par Santé publique France, la consommation d’alcool pendant la grossesse, n’est pas rare en France.

En effet, parmi les femmes interrogées, enceintes au moment de l’enquête ou mères d’un enfant de moins de 5 ans :  Près de 6 femmes sur 10 ont déclaré avoir été informées des risques de la consommation d’alcool par le médecin ou la sage-femme les suivant ou les ayant suivies  1 sur 10 a déclaré avoir consommé de l’alcool occasionnellement pendant sa grossesse. Bien que moins élevée qu’en 2010 (2 femmes sur 10 selon les résultats de l’Enquête Nationale Périnatale), cette proportion reste importante puisqu’elle pourrait avoir eu un impact sur près de 90 000 naissances.

Une campagne d’information rappelant le principe de précaution Santé publique France lance à partir du 9 septembre et durant tout le mois une grande campagne d’information qui repose sur une médiatisation offline ciblant les femmes en âge de procréer complétée par une campagne digitale d’influence

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article